Le poids de l'âme

Publié le par marie

Bien des gens ne sont pas satisfaits de leur existence : ils se trouvent trop gros, trop petit, trop brun, pas assez riche, pas assez aimé, trop ceci, pas assez cela ... en délaissant l'essentiel qui leur apporte avec plus de sûreté le vrai bonheur.

Lorsqu'un malheur nous atteint, avons nous le réflexe de penser à plus malheureux que nous ?

À l'âge de 7 ans, je fus victime d'un accident domestique. Je jouais avec mon petit cousin (5 ans 1/2) dans la chambre de sa grande soeur (15 ans). Je ne sais pourquoi, un verre en cristal se trouvait sur un rebord de cette chambre. Nous étions tellement pris dans nos jeux, que ma chute serait passé incognito si mon cousin ne m'avait pas fait remarqué le saignement. Je venais de me blessé sur ce verre sans en être consciente. Evidement ! Le nerf médian venait d'être sectionné ainsi que 5 tendons sur le poignet de ma main droite.

L'opération en urgence fut un succès. Je me souviens encore de la rééducation terriblement difficile à cet âge. Je peux aujourd'hui utiliser cette main et malgré cet handicap, je suis droitière pour un grand nombre de tâches quotidiennes (écrire, manger, ...) mais parfois ma main gauche doit prendre le relais. Il est inutile de dire que j'ai donc gardé de lourdes séquelles de cet accident domestique.

Avec le temps, les douleurs se font de plus en plus présentes, mais malgré tout, je suis heureuse de ma vie en général. Ce handicap "particulier" fait partie intégrale de ma vie et ce depuis de nombreuses années maintenant. J'ai appris à vivre avec. Et il ne constitue aucunement un frein pour mes projets de vie : passés, présents, et futurs.

Dans la douleur, je patiente et je place ma confiance en Dieu. Je sais qu'il y a une sagesse en chaque chose. Et même si bien souvent nous ne comprenons pas cette sagesse.

Je vous ai raconté l'histoire de mon accident non pas pour me plaindre, ni pour chercher la pitié. Mon témoignage a pour but de réveillé vos consciences. Si un malheur nous atteint cherchons refuge et protection auprès de Notre Seigneur.

S'il vous plait, ne me plaignez pas et dite seulement : "Louange à Dieu"

Si un malheur vous atteint, regardez ceux qui sont plus malheureux que vous et non les plus heureux. Ma main me fait mal oui, mais elle fonctionne!

Et dans les moment où vous broyez du noir, n'oubliez pas d'invoquer Votre Seigneur car c'est vers lui que nous retournerons.



Commenter cet article